Cécile Trunet-Favre, Directrice de la communication et de la marque de l’université Paris-Dauphine depuis mars dernier reprend l’animation du groupe Arces Ile-de-France. Présentation.

Peux-tu nous présenter ton parcours professionnel dans la communication et l'enseignement supérieur ?

Je suis arrivée à Paris Dauphine en mars dernier. Je n'étais pas du tout familière avec le secteur de l'enseignement supérieur puisque je venais de passer dix ans dans un milieu très différent, celui du transport public. J'étais depuis 6 ans, directrice de la communication de RATP Développement, filiale de développement international du Groupe RATP. 

Je découvre, avec enthousiasme, un secteur en pleine mutation et d'une complexité particulièrement intéressante pour un directeur de la communication. 

La concurrence y est accrue et mondialisée, les ressources sont contraintes, nous travaillons avec des étudiants. Cela nous oblige à être toujours plus ouverts et inventifs. 

La prise de conscience de la valeur des marques a été peut-être plus tardive qu'ailleurs mais la marque est devenue un pilier incontournable de la stratégie de développement des établissements. 

 
Pourquoi as-tu souhaité reprendre l'animation du groupe Arces Ile-de-France ?

Peu de temps après mon arrivée à Dauphine, j'ai participé au jury des prix de la communication de l'Arces. J'ai découvert une association très ouverte qui valorise le professionnalisme, la créativité et la convivialité. Cela m'a donné envie de m'y investir davantage.

Paris Dauphine accueille un grand nombre d'étudiants internationaux. En les côtoyant, j'ai réalisé à quel point, pour eux, Paris était un campus. Ils ne raisonnent plus seulement à l'échelle de l'université. La région Ile-de-France est un réel facteur d'attractivité que les établissements franciliens partagent. Cela crée nécessairement une proximité. 


Quelles envies, projets... pour ce groupe?

Garder ce qui fait la force de l'Arces : des échanges riches et éclairants entre professionnels de la communication. La proximité géographique peut nous permettre d'aller encore plus loin en créant notamment des rencontres plus régulières pour nous extraire de notre quotidien et prendre un peu de hauteur. 

Mon envie: renforcer les liens. Nos problématiques sont complexes, notre secteur est exigeant et nous sommes tous finalement à quelques arrêts de métro les un des autres.