Une carrière dans les métiers de la communication, en agence conseil, en collectivité locale (Mairie de Nantes) et au sein d’un établissement d’enseignement supérieur, l’Ecole des Mines de Nantes, aujourd'hui IMT Atlantique.

Quelles sont vos principales missions ?

Mettre en œuvre toutes les actions qui permettront de positionner clairement la nouvelle école, IMT Atlantique, comme un acteur d’excellence/ de référence dans le paysage de l’enseignement supérieur.
Définir la stratégie de communication et la stratégie de marque de l’Ecole en lien avec son  plan stratégique.


Quelques mots pour définir la fonction communication dans l’enseignement supérieur ?

Etre le garant de l’image de l’établissement.  Un « chef d’orchestre » qui impulse !  Accompagner les directions métiers sur leur stratégie. Veiller et conseiller sur les processus de communication les mieux adaptés à chaque cible.


Qu’appréciez-vous le plus dans votre métier ?

Contribuer à la vulgarisation de la recherche. Convaincre les enseignants-chercheurs de la nécessité de communiquer et ainsi répondre d’une certaine façon à la désaffection des jeunes pour les sciences.
Etre à l’écoute des nouvelles tendances, des nouveaux outils qui font appel à de nouvelles compétences. Toujours chercher à évoluer, s’adapter, rester « connectée ». L’importance de se réinventer.

 
Et le moins ?

Le numérique facilite certes l’organisation du travail et apporte à chacun de la souplesse et de l’autonomie. A condition de savoir se préserver d’une hyper connectivité subie brouillant les frontières entre vie professionnelle et vie privée.

Il est indispensable de remettre l’humain au centre !


Quel serait « l’idéal » du communicant dans l’enseignement supérieur ?

Pouvoir s’appuyer encore plus fortement sur les parties prenantes interne, pour « valoriser » l’établissement. Les étudiants pour la promo dans les classes prépas, les enseignants-chercheurs pour la vulgarisation de leurs travaux scientifiques…, ce sont eux qui constituent la meilleure force de frappe de nos institutions.


Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Pour la dimension relationnelle de l’activité et la diversité des sujets à valoriser. Mais aussi le désir d’animer, d’accompagner, de guider.


Quelles sont les qualités qui vous permettent de l’exercer efficacement ?

L’envie d’innover, la passion, l’engagement, l’exigence, la persévérance.


Quels sont le/les défauts que vous ne supportez pas dans le monde professionnel ?

La mauvaise foi et l’injustice !

 
Quelles sont les choses qui vous étonnent encore dans nos métiers ?
 
Je reste toujours étonnée de la façon dont ce métier a évolué et qui nous oblige à nous remettre en question en permanence.

 
Trois messages pour bien débuter dans notre métier ?

De l’agilité, de l’humilité, de la curiosité et beaucoup d’écoute !


Avez-vous des passions / engagements… en dehors de votre activité professionnelle ?

Je suis membre de « Business au Féminin à Nantes » qui agit pour la promotion des talents féminins dans les entreprises et les organisations.

J’ai une vraie passion pour la cuisine, j’aime la natation, les sports nautiques en général.


De quelle région êtes vous ? Avez-vous une région que vous préférez ?

Je suis originaire du Finistère (nord). Cette fusion (une école multi sites, dont les 3 campus sont situés à Brest, Rennes et Nantes), me donne l’opportunité de revenir régulièrement sur mes terres et de me retrouver en famille dans une région baignée par la mer.


Quel est votre auteur préféré ?

Ils sont nombreux. Si je dois en citer un aujourd’hui je dirais Franck Conroy, j’ai dévoré son roman « Corps et âme », mais aussi Hergé.
 

Un film ?

Sur la route de Madisson.


Un plat ?

Je suis une épicurienne, toutes les cuisines et le vin ! Un plat breton peut être, le kig ha farz : spécialité régionale originaire de la Côte des Légendes, région située à l’ouest de Morlaix et au nord de Brest, en Basse-Bretagne. Son nom signifie littéralement en breton « viande et far »

 
Merci !

Prochains Évènements