Isabelle Dalle, Directrice relations institutionnelles et médias de EM Normandie



Votre parcours en quelques lignes

Après une prépa, j’ai intégré l’EM Normandie (ESC Le Havre-Caen à l’époque) et poursuivi par un 3ème cycle en communication à Paris. J’y ai travaillé 10 ans dans les secteurs du luxe, des médias et de l’édition musicale à des fonctions communication, marketing et promotion des ventes. Puis, en 1995, j’ai rejoint Le Havre et mon école comme responsable de la communication. Mon poste a évolué au cours des années avec la croissance de l’école devenue l’EM Normandie en 2004.
 

1. Quelles sont vos principales missions ?

Développer la notoriété et la réputation de la marque EM Normandie en France et à l’international. Accompagner et expliquer sa stratégie, porter la parole de la direction générale et des collaborateurs de l’école auprès des journalistes et des influenceurs et les convaincre de relayer son actualité dans les médias et sur les réseaux sociaux. Interagir avec l’écosystème pour organiser ou participer à des événements et imposer l’école comme un acteur clé sur son territoire.


2. Quelques mots pour définir la fonction communication dans l’enseignement supérieur ?

Elle est essentielle. L’enseignement supérieur français n’échappe pas à la mondialisation et.la concurrence est importante en France comme à l’étranger. Pour exister, il faut se démarquer, se faire entendre et la fonction communication joue un rôle stratégique en termes d’attractivité. Il faut toutefois pour cela que l’établissement innove et aille de l’avant pour nourrir le discours des communicants.


3. Qu’appréciez-vous le plus dans votre métier ?

Sa diversité. Les jours passent et ne se ressemblent pas ! J’ai la chance de collaborer avec de nombreux services de l’école sur des sujets très différents et avec les étudiants, qui, ne l’oublions pas, sont au cœur du système. J’aime aussi la pluralité des échanges avec les journalistes. C’est surtout un métier passionnant où l’on ne cesse d’apprendre, de s’étonner, et de se réinventer, notamment avec l’évolution des outils numériques (RP 2.0, social media management, etc.).


4. Et le moins ?

Un certain manque de moyens et le fait de travailler (trop) souvent dans le juste à temps. Je regrette de ne pas pouvoir prendre le recul nécessaire pour faire mieux !


5. Quel serait « l’idéal » du communicant dans l’enseignement supérieur ?

De disposer de toutes les informations nécessaires dans le bon timing pour planifier ses actions et gagner ainsi en termes d’efficacité et de médiatisation.


6. Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Pour l’EM Normandie où j’ai étudié. Accompagner son développement et faire grandir sa notoriété me tiennent vraiment à cœur. J’aime aussi ce métier qui satisfait mon goût pour les relations humaines, le travail d’équipe et la communication tout simplement. Je n’ai pas le sentiment (ni le temps) de m’ennuyer ou d’être dans la routine. Si c’était le cas, je partirais en courant !


7. Quelles sont les qualités qui vous permettent de l’exercer efficacement ?

La curiosité, l’adaptabilité, la rigueur et l’organisation. Quelques aptitudes relationnelles et rédactionnelles aussi J et la volonté de manager ma petite équipe avec bienveillance tout en encourageant la performance.


8. Quels sont le/les défauts que vous ne supportez pas dans le monde professionnel ?

Le manque d’ouverture d’esprit et la mauvaise foi. Les égos démesurés et les « planqués » !


9. Quelles sont les choses qui vous étonnent encore dans nos métiers ?

Les nouvelles façons de communiquer ! Faire des plaquettes ou un site web, c’est bien mais c’est dépassé. Le numérique et les réseaux sociaux ont bouleversé pas mal les choses, et on verra sans doute d’autres outils émerger. D’où la nécessité pour les communicants de se montrer agiles et ouverts aux évolutions pour imaginer de nouvelles stratégies. C’est exaltant !


10. Trois messages pour bien débuter dans notre métier ?
 
  • Etre curieux et agile, avoir envie d’aller vers les autres,
  • Etre rigoureux, capable de gérer plusieurs actions en même temps, avoir le sens des priorités,
  • Bien saisir l’environnement et être en veille permanente.


11. Avez-vous des passions / engagements… en dehors de votre activité professionnelle ?

Je suis membre du club de presse et de la communication en Normandie et de l’association COM Estuaire qui réunit les communicants de la région du Havre. Je m’intéresse à la politique. Même sans aucun engagement, c’est un sujet qui me passionne. J’écoute beaucoup de musique et j’adore voyager et flâner en France comme à l’étranger. Enfin, mon équilibre passe par ma famille et mes amis, l’essentiel pour moi.

 
12. De quelle région êtes-vous ? Avez-vous une région que vous préférez ?

Je suis née au Havre qui célèbre cette année avec panache les 500 ans de sa fondation. J’ai aussi des origines bretonnes, plus précisément du pays d’Iroise à la pointe nord-ouest du Finistère. J’y retourne pour me ressourcer et profiter de ce petit coin de paradis à la fois sauvage et authentique.


13. Quel est votre auteur préféré ?

Guy de Maupassant, Françoise Sagan, Laurent Gaudé ou encore Pierre Lemaître. Récemment, j’ai beaucoup aimé Petit Pays de Gaël Faye, Réparer les vivants de Maylis de Keranval (une havraise !) et En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut.


14. Un film ?

La vie est belle de Benigni ! Les séries policières comme Braquo, Engrenages ou le Bureau des légendes. Mon dernier coup de cœur : Et les mistrals gagnants, un documentaire formidable sur le quotidien de 5 petits enfants malades. Leur humour et leur optimisme sont extraordinaires. Ils nous offrent une vraie leçon de vie qui incite à prendre du recul et à relativiser !


15. Un plat ?

Les moules froides à la crème et à l’estragon de ma mère. Un vrai régal !


Merci !

Prochains Évènements