"Je pourrais vous parler de communication en ces temps inhabituels, et particulièrement de communication de crise, de notre travail quotidien depuis maintenant plus d’un mois, des urgences, de notre mission au service de nos établissements, personnels et étudiants…  Je ne m’aventurerais pas à vous parler du coronavirus, de ses conséquences et de ses effets sur notre vie et notre économie. J’ai choisi de partager une expérience personnelle que je qualifierais d’inédite et de positive. "

Certes les urgences sont là, les visios se succèdent pour ne pas dire s’enchaînent, le rythme est soutenu et les repères habituels, eux, ne sont plus là pour cadencer nos vies de communicants sollicités de toutes parts. Qui aurait pu imaginer que prendre un train, un avion, se retrouver dans un colloque, une réunion, se pencher sur un document ou encore le faire passer de main en main, échanger entre deux portes ne seraient bientôt que de lointains souvenirs. Je me vois encore ranger ma valise en mars (début…) après un déplacement pour EUPRIO à l’Université d’Helsinki sans plus y prêter attention que cela n’en méritait à l’époque.
Eh bien, l’inimaginable est arrivé et nous voilà confinés. Confinée mais ouverte à de nouvelles expériences sociales, amicales et de travail en équipe. Et c’est pour moi un des points positifs de ce « foutu » confinement : je me suis rendue compte que se réunir (virtuellement) deux fois par semaine, de mieux écouter, de collaborer différemment, d’être attentive à chacun individuellement, de déceler le signe du langage non verbal auquel on ne fait généralement pas attention, est particulièrement riche d’enseignements. J’apprécie ces nouvelles relations empreintes de solidarité entre nous mais aussi avec les autres services de l’école. Nous aidons par exemple les relations internationales à suivre les étudiants étrangers restés sur Lyon, nous animons la vie de l’école avec un point info hebdomadaire, et nous ne lâchons pas les collègues moins chanceux que nous dans leur confinement et leur vie quotidienne. Les échanges au sein de l’ARCES, d’EUPRIO, de la Fédération Gay Lussac continuent avec ces nouveaux liens, incongrus mais riches en partages. 
Les « masques » tombent, si j’ose dire, les personnalités se révèlent différemment avec cette forme d’intimité créée par la visio où l’on entrevoit les intérieurs des uns et des autres. Pour info, j’ai gagné le concours du frigo le plus décoré de magnettes, souvenir de mes voyages, d’autres celui du balcon le plus fleuri ou encore du lieu le plus incongru pour être tranquille.
J’adorais ma vie d’avant, mais je pense que ma vie de maintenant enrichira ma vie d’après. C’est ce que je nous souhaite ! Et vivement qu’on se revoit !


Christine Legrand
Directrice communication relations entreprises de CPE Lyon
EUPRIO/ARCES/FGL

 

Prochains Évènements